top of page

France Bleu Azur - HPI : mode ? avantage ? inconvénient ?

Lors de cette émission radio consacrée au HPI (Haut Potentiel Intellectuel) animée par Alia ZEGAOULA et  Agnès GALLE sur France Bleu Azur, nous retrouvons des intervenants spécialisés dans ce domaine ! Laurence Dionigi psycho praticienne spécialiste dans les HPI, formatrice, et fondatrice de l’association HPI-Multi, Françoise Astolfi psychologue spécialisée dans les HPI et notre directrice Christelle Caucheteux, ont eu le plaisir d’intervenir à ce sujet !

 

Laurence Dionigi, psycho praticienne spécialiste des hauts potentiels intellectuels (HPI) et fondatrice de l'association HPI multi, a apporté des éclaircissements sur la réalité des HPI. Elle a souligné que le terme "HPI" désigne les personnes à haut potentiel intellectuel, anciennement appelées "surdouées". Laurence a expliqué que le HPI concerne environ 2 millions de personnes en France, soit environ 2,3% de la population.

 

Laurence indique qu'il existe différentes formes de HPI, que les neurosciences ont permis de mieux comprendre le fonctionnement du cerveau, mettant en évidence des modes cognitifs différents chez les personnes HPI. Laurence a également évoqué la différence entre les HPI filles et garçons, notant qu'il existe des distinctions qui ont émergé récemment en se penchant sur le fonctionnement interne du cerveau.

 

Françoise Astolfi, psychologue spécialisée dans les HPI, a partagé son point de vue sur les demandes croissantes de tests de haut potentiel intellectuel. Elle a souligné le paradoxe entre performance et intelligence, expliquant que l’intelligence en soi ne garantit pas la performance et inversement. Françoise a mis en avant l'idée que le cerveau humain fonctionne de manière optimale lorsqu'il se sent en sécurité et à l'aise, ce qui peut être compromis dans des environnements de performance tels que l'école.

 

Françoise Astolfi a également expliqué que les enfants HPI ne sont souvent pas sollicités à la hauteur de leurs besoins cognitifs dans le système éducatif traditionnel, ce qui peut conduire à des risques tels que le détournement des apprentissages. Elle a souligné que les garçons HPI peuvent développer des comportements plus explosifs, tandis que les filles HPI, conformes aux attentes dans leur jeunesse, peuvent dévier à l'adolescence et avoir des conduites à risques.

 

Christelle, directrice de Life Bloom Academy située à Cagnes-sur-Mer à Polygone Riviera qui soutient son initiative, a partagé son expérience en tant que créatrice d'un établissement qui accueille 35 à 40% d'enfants HPI.

 

La directrice de Life Bloom Academy a présenté une approche éducative stimulante pour les HPI, basée sur la confiance, la responsabilité et des projets créatifs. Elle a souligné l'importance de donner du sens aux apprentissages et de créer un environnement adapté. Son école offre une pédagogie favorisant le développement global de chaque individu.

 

Christelle a expliqué que la pédagogie de Life Bloom Academy se concentre sur la confiance, la bienveillance, et la stimulation intellectuelle. Les enseignants travaillent en utilisant une approche pédagogique qui permet aux enfants HPI d'exprimer leurs talents et leurs émotions. La pédagogie encourage l'accélération ou l'approfondissement des apprentissages en fonction des besoins individuels des élèves.

 

Les enseignants de Life Bloom Academy sont formés aux sciences cognitives. Ils adoptent une approche basée sur la communication non-violente et la stimulation de la créativité. Life Bloom Academy propose des activités scolaires et extrascolaires axées sur des projets créatifs et concrets pour offrir un environnement stimulant.

 

Deux témoignages que vous retrouverez dans l’émission complète ont également illustré les défis et les réussites liés à la vie quotidienne des HPI.

 

 

Écoutez l’émission complète via ce lien https://www.francebleu.fr/emissions/france-bleu-azur-a-votre-service ou retrouver ci-dessous l’émission complète retranscrite à l’écrit !


Émission Complète retranscrite à l'écrit :


2 000 000 de personnes seraient concernées en France, HPI, une série à succès, vous le disiez sur TF1, la divine Audrey Fleurot les a mis en lumière les HPI, haut potentiel intellectuel on les appelait avant les surdoués. Qu'est-ce que ça signifie ? On a l'impression aujourd'hui que tout le monde se revendique un peu HPI quelque part quels sont les avantages, les inconvénients ? Est-ce que ce n'est pas une mode ? Racontez-nous votre expérience votre quotidien dans les Alpes-Maritimes et nous avons un appel d'ailleurs de Laurence pour en parler

 

Bonjour Laurence !

Bonjour !

 

Alors vous êtes psycho praticienne spécialiste des hauts potentiels, formatrices aussi vous avez fondé l'association HPI multi. Racontez-nous votre rapport au HPI.

 

Et bien notre association a été créée récemment sur Nice justement pour en parler pour diffuser l'information auprès de de tous et toutes aussi bien donc les enfants les parents les grands-parents les étudiantes, étudiants, en psychologie ou pas, et l'idée c'est de mieux connaître donc le fonctionnement cognitif de de ces personnes.

Donc comme vous disiez tout à l'heure y a à peu près 2 000 000 de personnes, c'est 2,3% de la population, ça concerne on va dire 1 à 2 enfants par classe et un enfant HPI est un adulte HPI donc on les retrouve dans les entreprises. Et peut être effectivement il y a un phénomène de mode parce qu'on on en parle de plus en plus souvent. Il y a la série évoquée tout à l'heure mais également parce qu’on connaît mieux le fonctionnement du cerveau donc on voit qu'il y a un mode cognitif différent selon qu'on est HPI ou pas. Et au sein des HPI il y a aussi différentes formes de fonctionnement. Il y a le HPI homogène, hétérogène et après ce qu'on appelle la double exception, c'est-à-dire le HPI qui aussi des troubles du spectre autistique. Donc en fait il y a 3 types de profils.

Il y a aussi une différence entre la HPI fille et le garçon HPI et ça c'est tout récent, à peu près on va dire 5 ans ou 10 ans qu'on se penche sur l'intérieur du cerveau le fonctionnement du cerveau il n'y a pas que le cerveau, même le côté hormonal est différent quand on est haut potentiel intellectuel ou pas.

 

Alors ça se traduit comment concrètement Laurence ? Vous qui êtes une psycho praticienne spécialiste de haut potentiel, sur le basique entre guillemets parce que si on commence à décrypter en fonction des 3 cas que vous avez évoqué ça va être un peu long, mais globalement.

 

Et bien en fait notre association on est là pour justement faire connaître ce fonctionnement, les différentes formes d'intelligence, c'est pour ça qu'on s'appelle HPI multi intelligence ; il n'y a pas que certaines formes intelligentes qui sont détectées entre guillemets « bilanté » si on peut dire par les tests de QI. On aurait 8 à 9 formes d'intelligence et donc notre association est là pour justement divulguer et en parler des spécificités comme par exemple l’hyper anxiété, une hypersensibilité, ce côté donc altruiste, entier donc passionné, empathique, créatif, très vif. Il y a une intuition aussi qui est parfois mal comprise par les professeurs parce qu’un élève a trouvé tout de suite une solution mais ne va pas pouvoir expliquer le fonctionnement parce que c'est vraiment intuitif.

Après il y a des explications justement cognitives hein, donc je ne vais pas rentrer effectivement dans les détails, mais c'est intéressant de voir un petit peu ces enfants qui sont différents et qui donc notre association est là pour justement diffuser l'information, en parler. Tout le monde peut rentrer, on n'a pas besoin d'être HPI pour faire partie de notre association et on propose donc des conférences, des ateliers parentalité, des formations professionnelles justement pour lui divulguer l'information et des sorties.

 

D'accord donc comme des ateliers là en janvier je crois que vous en faites aussi ?

 

Oui alors en janvier on a samedi prochain, on a une conférence sur le climat et l'astronomie parce que souvent ces enfants-là, adultes et ados, ont une appétence pour tout ce qui est scientifique. Ces enfants-là ont des problèmes de troubles de l'apprentissage, certains sont en échec scolaire, on a donc les 3 types d’apprentissage. Pour beaucoup c'est l’écrit dans la problématique pour l'écriture, donc une conférence sur cette thématique là pour les aider à comprendre pourquoi ils écrivent mal, donc il y a aussi des explications par rapport à ça.

Du point de vue des neurosciences, on en finit aussi sur les relations amoureuses du HPI. Est-ce que du coup ils sont plus enclins à des conflits ou pas ? Donc justement on aura le plaisir de recevoir une psychologue spécialisée dans le couple.

 

Voilà on voit que c’est riche Laurence, du coup pour tout le programme on le retrouve où ? HPI multi votre site internet rapidement ?

 

Alors notre site internet donc c'est https://assohpimulti06.com et également sur le portail des associations de la ville de Nice.

 

Merci beaucoup on le rappelle présidente de l'association et on retrouve toutes les infos sur votre site internet et aussi sur francebleu.fr.

 

L'équipe France Bleu azur à votre service répond à vos questions.

 

 HPI 3 lettres qu'on aborde jusqu'à 10 h ce matin et qui fascine, qui intrigue. Alia derrière ces 3 lettres une réalité multiple, on l'a vu avec Laurence de l'association HPI multi. Comment ça se passe quand cette réalité émerge dans votre vie. Un enfant qui s'interroge beaucoup, qui a des facilités mais parfois des blocages.

On a un appel d'André à ce sujet.

 

Bonjour André !

Bonjour !

 

Alors vous quel est votre rapport au HPI, comment c'est arrivé dans votre vie ?

 

J'ai un fils HPI qui a été détecté vers l'âge de 7 ans, grâce à une professeure des écoles, parce que mon fils était très turbulent, il bougeait énormément, on pensait qu'il était hyperactif mais pas du tout. C’est la professeure des écoles qui nous a conseillé d'aller voir une psychothérapeute et par la suite une neuropsychologue. L'avantage qu'il y a c'est qu’il a de grandes facilités mais il y a beaucoup d'inconvénients. En primaire il a été harcelé pendant 3 ans parce que les autres enfants ne l'acceptaient pas, ne le reconnaissaient pas donc malheureux hein très émotif, par contre quand il est arrivé au collège là ça a été une libération pour nous parce qu’il s’est fait des collègues, ils se sont retrouvés parce qu’il n’était pas seul d'accord parce que il a été du coup dans une école spécialisée pour les HPI, maintenant ça va ça va très bien.

 

Il a quel âge maintenant André votre fils ?

 

Actuellement il a 14 ans il vient de faire ses 14 ans là il va faire son brevet en fin d'année il n’y a pas de problème majeur hein après la seule chose c'est qu’il y a une hyper émotivité. D'accord ça il faut le savoir.

 

 Elle se traduit comment du coup pour votre fiston ?

 

C'est que quand il est d'abord très renfermé sur lui-même, parle très peu même, nous pour savoir ce qui se passe à l'école je suis obligé d'interroger ses camarades.

Quand on commence un petit peu à crier fort ou à le réprimander il se renferme sur lui-même et c'est des fois des pleurs, pas de colère mais voilà il est émotif comme pourrait être un petit enfant mais c'est des choses qui vont avec les HPI hein ils sont comme ça.

 

André, vous, quels conseils vous donneriez aux parents qui découvrent cette faculté chez leur enfant ? est-ce que vous vous êtes entouré vous avez trouvé des réponses à ces questions au sein de l'association aussi ?

 

Oui oui, moi j'arrive de la région parisienne, quand je suis arrivé à Nice je me suis tourner vers une association qui était bien mais elle s'arrête si vous voulez pratiquement aux ados et après il n’y a plus rien hein. Bon c'est dommage oui parce que c'est toute la vie.

Quand il était en primaire et au début du collège il n’était pas suivi et puisqu'on avait une neuro psy à Paris qui nous avait très bien expliqué le cas de mon fils et on a pu le suivre, le guider et l'orienter. On s'est formé et lorsqu'on a découvert que c'était du harcèlement qu'il avait un primaire… là il ne faut pas lâcher il ne faut pas le laisser quoi il faut toujours les prendre avec soi, les guider, les orienter voilà il faut être à côté en permanence.

Par contre depuis qu'il est au collège il y a une libération de notre côté car voilà il est dans son environnement avec ses amis et nous on est carrément libérés. Il n’est pas autonome à 100% mais enfin si le mercredi il sort, il me dit bah je vais avec mes potes manger au resto c'est un ado normal.

 

André merci de ce témoignage de papa d'un ado HPI. On espère que ça aidera du monde qui écoute France Bleu Azur ce matin l'équipe France Bleu Azur à votre service répond à vos questions.

 

Et dans à votre service ce matin Agnès on parle donc des HPI, les fameux hauts potentiels intellectuels alors on l'a toujours, on l'a vu hein, toujours en quête de sens parfois avec des difficultés pour trouver leur place. Aujourd'hui de plus en plus de monde se dit ou s'estime HPI. Est-ce que nous le serions tous ? En tout cas il y a un test à faire hein prodigué par des psychologues tels que Françoise Astolfi à Nice elle a été directrice des établissements scolaires elle accompagne les enfants les ados les adultes.

 

Bonjour Françoise !

Bonjour !

 

Alors est ce que vous avez de plus en plus de demandes de tests ?

 

Bien sûr, bien sûr j'ai de plus en plus de demandes de test parce que l'information circule, c'est à peu près les mêmes comportements qu’il y a quelques décennies pour des troubles d'apprentissage comme la dyslexie. Les parents se posent plus de questions, remette parfois en cause les jugements des enseignants, ne reconnaissent pas leurs enfants dans le regard, dans les représentations qu'ont les enseignants de leurs élèves et ils viennent souvent consulter. J'ai aussi de plus en plus d'adultes.

 

D'accord c'est quoi les signes ?

 

Ah oui d'ailleurs, dites-nous combien ça coûte un test parce qu'on en parle là mais c'est un budget.

 

C'est extrêmement variable, en ce qui me concerne le test et le suivi c'est 370€

 

D'accord oui on sait que ça peut monter des fois à beaucoup plus. Et c'est quoi les signes pour vous quand on est HPI ?

 

Alors c'est très rare lorsque des parents arrivent en me disant « je pense que mon enfant est HPI » la plupart du temps ce sont des comportements inappropriés ou des comportements de détournement, qui inquiètent les parents qui vont consulter des médecins ou des généralistes et ou des psychologues. Et après plusieurs tentatives de soutien, de suivi thérapeutique, ils vont faire ce bilan, c'est assez rare de voir arriver des parents qui vont vous dire « bah voilà je pense que ». Ça peut arriver. Pourquoi ? Non pas par arrogance ou prétention mais ça peut arriver parce que le petit dernier ou la petite dernière a des frères et sœurs plus âgés qui ont déjà été diagnostiqués, donc là par précaution les parents vont faire un bilan.

 

Et pour vous, à quel moment il y a un intérêt à faire tester ? L'intérêt c'est l'échec scolaire c'est ça le paradoxe. J'ai été formatrice pendant très longtemps, je ne sais pas si j'ai été une bonne formatrice, mais c'était très compliqué de faire passer l'idée que performance et intelligence ne vont pas ensemble. Voilà, le cerveau humain ne fonctionne pas pour une performance. Il faut qu'il soit en sécurité, il faut qu'il soit à l'aise, il faut qu’on croit en ses capacités pour qu'il puisse donner le meilleur de lui-même.

 

En plus on peut être performant dans un domaine et complètement à la ramasse dans un autre.

 

Tout à fait et l'école est un milieu de performances alors ces enfants à haut potentiel ne sont pas sollicités à la hauteur de leur propres besoins cognitifs et avec le temps et les années et bien on a des enfants dont le risque est qu'ils se détournent des apprentissages.

Les garçons c'est plus dangereux parce qu'ils vont avoir des comportements plus explosifs plus inappropriés. Les filles, malheureusement, sont toujours très conformes à ce qu'on attend d'elles quand elles sont jeunes, elles dérapent à l'adolescence c'est absolument pas une crise d'adolescence, c'est aussi un détournement d'intérêt mais qui va se manifester par des conduites à risque.

 

Une fois que vous bilantez un enfant, un ado quelle est la procédure à suivre entre guillemets pour le parent ? Est-ce qu'il faut dire à l'enfant, enfin quelles sont pour vous les choses à faire et justement ne pas faire ? Est-ce qu’on ne lui pose pas une étiquette un peu encombrante si on lui dit ?  

 

Oui ça c'est une pudeur peut-être sociale. Même à des tout petits enfants, lorsqu'ils sont bilantés, qu'ils sont à haut potentiel, je leur explique. Pourquoi ? Parce que je vais faire confiance. Déjà à leur intelligence, en leur disant que oui ils pensent différemment des autres, qu'ils pensent plus vite, plus intensément et que c'est un devoir pour eux aussi d'être attentif à l'autre et de ne pas blesser l'autre. Ils ont tout à fait le droit comme les autres de savoir qu'ils sont différents. Je pense que c'est important, je leur en parle et je leur explique ce qu’est la précocité et en même temps ce sentiment d'isolement et de différence qu'ils peuvent vivre de façon très douloureuse. Après, j'ai tendance à dire aux parents que le bilan c'est une aventure qui commence, le bilan ce n’est pas quelque chose qui se termine, donc un bilan n'a de valeur que si on s'en sert. Il faut prendre son petit bâton de pèlerin et aller démarcher dans les établissements scolaires et là c'est une autre aventure.

 

On l'entend, en tout cas Françoise effectivement c'est une aventure ! Alors donc on va prendre ce petit bâton de pèlerin, à la fois pour aller se faire bilanter si on a besoin et assurer un suivi derrière.

Merci beaucoup, je le rappelle vous êtes psychologue à Nice spécialisé dans les HPI et on continue d'en parler dans un instant leur sur France bleu azur des solutions pour un quotidien plus facile. Notre sujet ce matin et pour quelques minutes encore ces 3 lettres HPI pour haut potentiel intellectuel.

Michel vous êtes avec nous ce matin à bientôt 09h45. Michelle Bonjour.

 

Bonjour à tous, oui je voulais témoigner parce que j'ai un petit-fils qui a 19 ans qui a été détecté HPI très tôt au primaire il a eu la chance d'avoir une maîtresse qui a vu un petit garçon comme lui, parce que bon faut dire qu’il y a 15 ans, les professeurs et les écoles n'étaient absolument pas préparés à ce genre d'enfant donc il a été à la fois précoce et hyperactif donc double peine je dirais parce que les enseignants ont voulu lui faire sauter une classe, il va sauter une classe. Bon il a fait sa scolarité, il est allé ensuite donc au collège, au lycée, il a obtenu un bac professionnel à 16 ans et demi et après il n’y a rien. Parce que c'est extrêmement difficile d'employer un garçon comme ça. Il a été reconnu handicapé hein.

 

Ah oui donc là on est sur un autre degré encore.

 

Oui et il a été sous traitement.

 

Ah oui donc traitement OK parce que tout à l'heure on disait qu'il y avait parfois un fond autistique.

 

Là non, mais bon des crises pas possibles, on a on a vécu l'enfer, les parents les grands-parents on a vécu l'enfer. Bon bref ma fille qui était éducateur spécialisé elle l'a beaucoup aidé soutenu el l’a beaucoup amené à des à des choses qu'il fallait mais aujourd'hui l’école pour lui s'est terminée il veut plus en entendre parler et il y a que la musique qui compte bon et trouver quelque chose dans la musique ce n’est pas facile bien sûr.

Donc oui ça a l'air bien comme ça un HPI, non ce n’est pas forcément bien c'est un vrai handicap oui et il faut beaucoup, beaucoup, de courage pour les soutenir parce que vraiment ils en ont besoin à tout instant.

 

Merci Michelle d'avoir pris du temps ce matin de nous appeler de témoigner au sujet de votre petit-fils.

 

Doucement mais sûrement on se dirige vers la fin de cette émission on va entendre Christelle Caucheteux.

 

Christelle vous êtes directrice d'une école privée à Cagnes-sur-Mer, Life Bloom Academy une école spécialisée pour les HPI. Bonjour Christelle !

 

Bonjour !

 

Dites-nous Christelle on entendait là dans le témoignage de Michelle qu’ils peuvent avoir besoin, les HPI, justement d'une attention particulière. Vous avec votre école, c'est ça que vous essayez de faire ? Répondre à des besoins spécifiques ?

 

Alors notre école Life Bloom Academy c'est un collège et ce sont également des activités extrascolaires. On est situé à Cagnes-sur-Mer au niveau du centre commercial Polygone Riviera qui soutient notre initiative et en effet on accueille à peu près 35 à 40% d'enfants HPI. Moi j'ai eu envie de créer ce collège parce que mon enfant l'était et je pense que ce qui fonctionne chez nous c'est qu'avant tout pour tous les enfants on a un regard de confiance, un regard bienveillant, on croit en eux et on a un environnement qui est extrêmement stimulant. Donc nous on a construit notre pédagogie comme ça, on a une pédagogie qui permet d'accueillir leur sensibilité et leurs émotions, de donner du sens, d'ouvrir sur le monde, d'expliquer pourquoi on apprend ce qu'on apprend, de créer des liens. On nourrit aussi leur curiosité sur le monde, sur les autres, sur la science et puis on leur permet d'accélérer au besoin ou d'aller à leur rythme en variant différentes approches pédagogiques.

Nos enseignants en fait, travaillent en posture pour donner de la liberté, de la responsabilité dans les apprentissages et un environnement très stimulant et également s'ils ont besoin d'accélérer ou d'approfondir, on leur donne, pour approfondir on est en pédagogie de taches complexes, donc par exemple : des recherches, des exposés. On a aussi des classes doubles donc quand on a un ensemble de, comme on a entendu tout à l'heure c'est pour avoir différents profils, quand on a un enfant qui va vite en maths et puis par exemple à vitesse, on va dire, classique en français, donc accélérer seulement en maths grâce aux classes doubles ils se nourrissent les uns les autres.

Notre pédagogie c'est le matin on travaille tous les fondamentaux grâce à un apprentissage qui va être, le plus possible, en partie, individualisé et puis l'après-midi on fait des projets qui donne du sens, des projets créatifs.

 

Qui sont vos encadrants, vos enseignants Christelle ?

 

C'est à dire qui sont nos enseignants ?

 

Ils sont issus du système traditionnel ?

 

Oui, pour enseigner dans un collège il faut avoir un minimum de diplôme, donc on a des enseignants qui sont tout à fait qualifiés pour enseigner dans un collège donc ils ont en général le master de l'éducation et puis également ils sont formés aux sciences cognitives et ils sont formés à accueillir les émotions la sensibilité des enfants, stimuler leur créativité. Ils sont formés à les accompagner avec la communication non-violente. On utilise aussi tout ce qui est atelier débat philosophique pour créer du sens au maximum.

 

Créer du sens hein c'est vraiment ce qu’on retient.

 

Du sens oui, de l'école et de la joie d'apprendre !

 

Merci beaucoup Christelle Caucheteux, on le rappelle vous êtes directrice de l'école privée Life Bloom Academy, il y a par exemple aussi le lycée privé Michelet près du vieux Nice enfin voilà des établissements comme ça qui apportent des solutions pour vos enfants HPI.

 

L'essentiel des infos qu'on a pu récolter ce matin depuis 09h00 sur francebleu.fr et sur l'appli !

66 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comentarios


bottom of page